Forum de la confrérie des lames de combe sur Lotro


    Karzad Tundar, son absence...

    Partagez
    avatar
    Karzad
    Recrue
    Recrue

    Nombre de messages : 25
    Age : 24
    Localisation : Nulle part...je suis partout.
    Date d'inscription : 08/01/2010

    Karzad Tundar, son absence...

    Message  Karzad le Sam 5 Juin - 10:53

    ‘’Karzad rentre dans l’auberge de Bree, il s’approche de la tablée des Lames de Combe’’

    - Bien le bonsoir les Lames !
    Voilà quelques temps que j’ai réintégrer les rangs et avec moi on suivi quelques-uns de mes compagnons de voyage.
    Comme vous le savez, le temps s’est écoulé depuis mon premier recrutement. Notre cher fondateur, Aranethir m’avait recruté et j’ai toujours essayé de servir les Lames au mieux. C’est ainsi qu’il me nomma Frère après une période d’évaluation. Ayant obtenu sa confiance il me fit intégrer le cercle des officier. Je fus également désigné comme le parrain de dame Celabel que j’ai connu en tant que jeune héroïne… Je n’aurai jamais cru un jour vous abandonner…

    ‘’Il prend une chope auprès de Prosper qu’il vide d’un coup’’

    - Je pense qu’il me faut un peu m’introduire pour les nouveaux et expliquer ma longue absence…

    Je me nomme Karzad Tundar, du mont solitaire. Abandonné à moi-même durant mon enfance, je fut sauver de la mort lors de mes 10 ans par un elfe archer. Il me prit sous son aile et c’est à lui que je dois tout aujourd’hui.
    Mais…passons cette période pour revenir à ma longue et regrettable absence…

    Je m’étais fermement engagé dans la lutte contre le seigneur ténébreux et jusqu’à ce jour ma détermination n’avait jamais faiblie.
    Mes missions en terres d’Angmar se multipliaient et ce jour, il me fallait venir en aide à ma plus proche amie qui c’était vu piégé dans Donnvail, une ville fortifiée sous le contrôle des Angmarim… Arrivé au lieu dit, j’ai entamé une percée parmi les défenseurs, j’avance, j’enchaîne ennemi sur ennemi en visant les parties vitales. Après la mise à mort d’une vingtaine de ces hommes corrompus et une longue marche à travers des ruelles sordides, j’arrive à la place, haletant, le cœur bondissant dans ma cage thoracique. Là, j’aperçois mon amie, ligoté et bâillonné sur un autel. Un nécromant s’apprêtait à lui prendre la vie. La rage emplissant mon cœur, j’enclenche une nouvelle flèche dans mon arbalète, le doigt sur la gâchette, je vise le cœur…Je sens le froid de l’acier me traverser le dos…L’un des hommes que je venais d’abattre avait survécu et venait d’assurer la perte d’un être cher…
    Poussant un cri de douleur, mon arbalète s’écrasa au sol, dans un dernier effort, je me saisi de ma hache et trancha la gorge du traître…Ma vue se troublait…L’effroi et la rage dominait mon cœur, le nécromant quand à lui s’avançait vers moi en ricanant d’une manière dépourvue de toute humanité.

    - Il est trop tard pour ton amie, son âme m’appartient.

    Il m’assène un violent coup de bâton sur le crâne, je m’écrase, face contre terre, le dernier mot qu’il prononça fut ‘’pathétique’’, je perdit connaissance…

    Lorsque que je retrouvais la vue, j’étais dans une grotte aménagée, un rôdeur s’approcha de moi et me tendit une gourde.
    Il m’expliqua alors que grâce à lui, j’avais échappé au même sort que mon amie…
    Ils étaient arrivés peu après moi ayant apprit que j’étais parti précipitamment lorsque que l’on m’avait annoncé la situation. Le nécromant s’apprenait à prendre mon âme lorsqu’ils l’ont abattu. Ma blessure avait commencé sa cicatrisation et voilà 3 jours que j’était plongé dans le coma.

    Le lendemain, après avoir remercier tout ceux qui m’avaient prêté main forte durant ces jours. C’est ainsi que je repris la route, en direction de Duillond cette fois. J’y pris la mer, en direction d’un continent lointain. J’avais besoin de ce voyage pour réfléchir à ce qui venait d’arriver. Mon cœur était lourd car il me fallait abandonner les Lames…mais, je ne pouvais continuer à luter…j’avais failli dans ma mission, elle était morte et si je n’avais pas relâché mon attention, elle serait toujours vivante…


    ‘’Karzad s’interrompt et sèche une larme qui coule le long de son nez‘’

    Je me sentais coupable et l’ombre avait envahie mon cœur…

    Un jour, je suivis un long sentier tortueux qui passait par un sous-bois. Je fut pris en embuscade par 5 hommes masqué par un bandeau rouge sang et encapuchonner par leur cape noir. Ils commencèrent à m’agresser et reprit par la rage j’abattit de multiples coups de haches et donna la mort à 3 d’entre eux, mais l’un d’eux m’avait blessé au poignet, un autre me désarma et le dernier me fit tomber à terre.
    Je pensais ma mort proche lorsque l’un d’eux s’écroula brusquement, tel un pantin. Il avait une petite dague dans la nuque. Le dernier qui semblait être le chef se tourna brusquement vers une femme à quelques mètres plus loin et regarda nerveusement son compagnon étouffer, sa face baignant dans le sang qui s’échappait de sa nuque.
    D’une voix prise par la crainte il lança qu’il ne tenait pas à mourir pour sa et qu’il me ferait payer cela.

    Elle s’avança vers moi et me tendant sa main, elle ajouta :
    - Il faut être prudent en ses heures sombres l’ami. Qu’est-ce qui amène un nain par ici ? Et surtout, qu’est ce qui vous amène par ici seul ?
    - Merci, ma dame, eh bien…à vrai dire j’ère sans but précis.
    - Suivez-moi, je vois que vous êtes blessé, j’ai un ami qui saura quoi faire pour vous. Au fait, je me nomme Seyna… Seyna Mavors.
    - Enchanté, Karzad Tundar.

    C’est ainsi qu’elle m’amena auprès de ce qui semblait être son groupe. Le chef était Nekyos Khalael. Il y avait un mage nommé Sandskin Heartsfire, un autre assassin nommé Thelius et un démoniste qui restait assez distant envers les autres.
    Après m’avoir administré les soins nécessaire, Nekyos me demanda ce que je faisais par ici. Il m’exposa leur situation, les morts-vivants avaient possession des terres, les groupes de détrousseurs se multipliaient et les jours s’assombrissaient de jour en jour. Il parvint à me redonner espoir, il m’annonça qu’il ne fallait pas que je me laisse abattre, des victimes, il y en aurait toujours plus si l’on laissait l’effroi s’abattre sur nos cœurs. En reconnaissance de m’avoir sauvé de la mort, je m’engageais alors auprès de Seyna et Nekyos dans leur lutte contre l’ombre.

    Les mois passèrent et nous réussîmes enfin à abattre le meneur. Le courage brûlait dans mon cœur. Les armées repoussait le mal un peu partout sur le continent.

    C’est ainsi qu’un jour je décidais d’annoncer à Nekyos mon départ. Les terres du milieu souffraient toujours plus de l’ombre du seigneur ténébreux et je ne devais pas abandonner mon engagement auprès des Lames.
    Nekyos me fixa, compréhensif avant d’annoncer :

    - Eh bien soit mon ami, après ces mois de luttes en ces terres, je comprends que tu veuille rester fidèle à ton engagement. Mais, il est hors de question que tu partes l’ami…

    Je le fixais.

    - Il est hors de question que tu partes seul, je serais du combat.
    - Moi de même. ajouta Seyna.

    Les larmes aux yeux, j’approuvai d’un mouvement de tête.
    Nous avons donc entamé le voyage de retour, Nekyos avait totalement confiance en son vieil ami Sandskin, ils repousseraient le mal.

    Sur la route, nous sommes passé près d’un camp de brigand, un homme gardien était à la merci de 4 brigands, son courage était sans faille, mais ses blessures s’accumulaient, nous prîmes sa défense. Il se nommait Khaleos, en signe de gratitude il voulu mettre son bouclier à notre service.
    C’est ainsi que nous avons regagnés les terres du milieu, l’espoir brûlant dans nos cœurs.


    Notre groupe est au service des Lames. Le seigneur ténébreux tombera.
    Longue vie aux Lames !

      Sujets similaires

      -
      » Karzad

      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 17:28